Henri Richard, la légende aux 11 coupes Stanley

Léandre Normand avait un jour proposé à Henri Richard d’écrire sa biographie. Le capitaine du Canadien répondit “non Criss !”. Voici qui en deux mots, en dit long sur l’athlète.

Le temps presse de dire l’histoire d’Henri Richard , avant que les traces de ce héros discret ne commencent à s’effacer. Même si le numéro 16 n’aurait pas voulu entendre parler d’un livre, remercions son fils Denis Richard et l’auteur Léandre Normand d’avoir écrit ensemble cette biographie.

Raconter Henri Richard

Les auteurs racontent la vie bien remplie d’Henri Richard, et une carrière d’exception, en bleu blanc rouge, intense, de la première joute à la dernière. Une belle place est faite à l’homme loyal et droit qu’il fut , avec ses qualités et son caractère bouillant, qu’il domptera parfois difficilement.

La carrière d’Henri Richard fut une longue succession d’épreuves. Ne pas redescendre dans les ligues mineures, se tailler une place dans l’équipe , sortir de l’ombre du numéro 9, surmonter les blessures, les défaites et l’adversité. Bref, tout ce qu’implique de sacrifices une si longue carrière.

Henri Richard était un compétiteur, un joueur exceptionnel, travaillant et talentueux. Même s’ils ne disent rien de l’homme , les chiffres parleront toujours de lui.

  • Capitaine du Canadien de Montréal de 1971 jusqu’à sa retraite
  • 20 ans avec le CH, sa seule équipe
  • 1258 parties jouées et 1048 points amassés
  • 11 coupes Stanley
  • 9 sélections au match des étoiles

Henri Richard est entré au temple de la renommée en 1979. Son numéro flotte au dessus de la glace du centre Bell.

La maladie d’Alzheimer

Depuis 10 ans, Henri Richard luttait contre la maladie d’Alzheimer, son dernier combat. Sans forcer la note, Les auteurs disent délicatement cette fin de vie difficile. Je me permets d’extraire du livre une belle citation d’un article de Bertrand Raymond :

Il est enfermé dans un monde où les héros n’existent pas, où il n’y a pas de chandails tricolores, pas de bannières, pas de coupes Stanley, pas d’ovations et pas de panthéon. Pourtant, entouré des gens qui l’aiment, il n’a jamais été aussi seul. Il n’a plus la moindre idée de ce qu’a été sa carrière et du bonheur que ses exploits ont généré

Bertrand Raymond

Est ce un bon livre ?

Henri Richard, la légende aux 11 coupes Stanley est un bon livre. La construction peut paraitre au premier abord un peu étrange et parfois et le livre manquer de consistance, mais raconter Henri Richard, sans lui, ses souvenirs et sa voix, n’était pas une mince affaire. Comme le précise Léandre Normand à la fin du livre :

Le lecteur comprendra que la tâche devient particulièrement difficile lorsque l’acteur principal n’est pas en mesure d’être interrogé, sachant au départ qu’il parlait peu de lui et de ses réalisations

Léandre Normand
SPORTCASTEURS EP12 avec DENIS RICHARD ET LÉANDRE NORMAND

Most popular

Most discussed