À la fermeture du Forum en 1996, Maurice Richard se retrouve sur la glace, mal à l’aise, heureux, en pleurs, et demande en vain à une foule qui ne l’a pas vu jouer de cesser ses interminables applaudissements. À la maison, ceux qui ont fabriqué le mythe retiennent leurs larmes devant leur écran de télévision.

La nation québécoise qui n’a pas de mythes fondateurs vit un très grand moment. En sortant de la patinoire, 36 ans après la carrière au hockey. Maurice Richard montre qu’il na pas encore compris le mythe caché derrière la vénération dont il est le sujet : « bien sur que j’ai aimé les applaudissements. Mais qu’est ce qu’ils applaudissaient au juste ? » demanda t’il

Maurice Richard, le mythe québécois aux 626 rondelles

Un joueur de hockey a été aimé jusqu’à la démesure, au point que la nation québécoise en a fait un mythe.

L’émeute au forum de Montréal du 17 mars 1955 fut la première manifestation du mythe Maurice Richard.

On a refusé alors de voir ce mythe qui faisait peur, car un mythe est fait pour être vécu, il n’aime pas être compris.

Author

Amateur de hockey , je m'intéresse à l'histoire du sport et à celle du Canadien de Montréal. Vous lisez actuellement mon blog