À l’automne 1921, le défenseur étoile Sprague Cleghorn est échangé au Canadien par les Tigers de Hamilton . En revenant à Montréal , Sprague se joint à son frère Odie et son meilleur ennemi: Newsy Lalonde.

Sprague Cleghorn a été obtenu en retour de Harry Mummery et de l’ailier Amos Arbour .

Si la transaction peut paraître banale 100 ans plus tard, ce fut en fait l’aboutissement de «l’affaire Cleghorn», un imbroglio qui durait depuis Décembre 1920.

Incendie à l’aréna Westmount

Les frères Odie et Sprague Cleghorn évoluaient depuis 7 saisons avec les Wanderers, lorsque le 2 Janvier 1918, un incendie ravagea l’aréna Westmount, où Canadiens et Wanderers cohabitaient.

Arena Westmount
Aréna Westmount

Le Canadien déménage alors à l’aréna Jubilée. Pour les Wanderers, c’est plus compliqué. Après quelques pourparlers pour un déménagement à Hamilton, l’équipe, désargentée, est suspendue par la ligue avant de disparaitre définitivement.

Sprague Cleghorn à Ottawa

Les joueurs des Wanderers sont alors dispersés dans la ligue. Odie Cleghorn se retrouve avec les Canadiens et Sprague est récupéré par les Sénateurs d’Ottawa.

Blessé à une cheville, Sprague n’a pas encore patiné de la saison et ne jouera finalement aucune match. En 1918-1919, il est de retour sur le banc des Sénateurs et cumule 12 points en 18 parties. En 1919-1920, Sprague marque 16 buts et amasse 5 passes en 21 parties. Pas mal pour un défenseur. Il récolte aussi 62 minutes de pénalités ( en 18 matchs! ) . Sprague Cleghorn couronne le tout en gravant pour la première fois son nom sur la coupe Stanley.

Un salaire trop élevé

C’est donc plutôt sans surprise que le 30 Novembre 1920 , après quelques tergiversations de bonne guerre, que Sprague Cleghorn signe un nouveau contrat avec les Sénateurs. Et c’est la que les choses corsent .

Voici le point de départ de l’affaire Cleghorn. Les Sénateurs payent trop cher pour conserver les services de Sprague, faisant fi des règlements de la jeune LNH.

À la suite d’une assemblée des directeurs de la Ligue Nationale du Hockey, au Windsor, hier après-midi, le président Frank Calder a annoncé que Broadbent, de I’Ottawa, avait reçu ordre d’entrer immédiatement dans les rangs du Hamilton et que Sprague Cleghorn, aussi de l’Ottawa, aux St-Patricks de Toronto.»

L’on a découvert que les Sénateurs payaient des salaires plus élevés que la limite adoptée et la ligue a décidé de céder Sprague Cleghorn au club St Patrick

Le Devoir, 31 Décembre 1920

Pour équilibrer les équipes et faire respecter les conditions salariales, la ligue décide donc d’envoyer Sprague jouer à Toronto. Cela ne fait pas les affaires ni d’Ottawa ni de Cleghorn, qui refuse d’obéir à la ligue.

Il faut dire que le joueur est bien traité à Ottawa. Il est devenu une pièce importante de l’équipe, qui aimerait conserver son effectif intact et pouvoir gagner une nouvelle fois la coupe Stanley. L’équipe et le défenseur décident de tester les limites de Frank Calder et de la LNH.

Janvier 1921

Le 8 Janvier, alors que les Sénateurs à sont à l’aréna Jubilé pour affronter le Canadien. Sprague Cleghorn est en uniforme, assis au banc des Ottawa .

Les sénateurs tentent un coup de poker en demandant au commissaire de la ligue, venu assister à la partie si… vu que Sprague refuse d’aller à Toronto, il ne pourrait pas simplement réintégrer leurs rangs.

Le Droit , 10 janvier 1921

Refus poli. La grossière tentative de l’équipe met le gérant des Canadiens George Kennedy en furie. Il est prêt à demander la suspension d’Ottawa par la ligue si ceux-ci insistent pour faire jouer Sprague Cleghorn. l’affaire est entendue. Sprague ni jouera pas pour Ottawa de le saison.

Finalement Toronto

Ça chauffe pour Sprague et les Sénateurs, mais la LNH de 1920 est une petite ligue, il y a moyen de s’arranger. Les négociations commencent et un terrain d’entente est finalement trouvé entre les 3 équipes et la ligue.

Sprague à Toronto photo : hockeygods

Les journaux annoncent que Sprague Cleghorn a enfin accepté de se rapporter aux St-Pats de Toronto et que d’autres joueurs vont changer de place pour arranger tout le monde :

Le St Patrick de Toronto a vendu Roach à Hamilton et Cully Wilson aux Canadiens. Sprague Cleghorn a signé avec le St Patrick et se rapportera à l’équipe Lundi prochain. Broadbent devrait aller à Hamilton

Québec Chronicle du 21 Janvier 1921

Sprague Cleghorn déménage mais le cœur n’y est pas. Le défenseur traine les patins, connait une saison en demi teinte et les séries s’annoncent chaotiques.

La coupe Stanley 1921

Le format des séries était bien différent en 1921. La meilleure équipe de la LNH affrontait la meilleure équipe de la PCHA pour repartir avec le gros trophée.

Coté LNH, Toronto doit affronter Ottawa. Sprague semble est encore moins motivé que pendant la saison. Il a toujours amis et intérêts à Ottawa.

Il est tellement mauvais dans l’uniforme des Toronto qu’après la première joute qui oppose les deux club le 10 Mars, les dirigeants torontois craignent le copinage et décident de se débarrasser de lui.

Cleghorn quitte Toronto
Le Droit – 11 Mars 1921

Dans la foulée, une étrange rumeur rapporte qu’en cas de victoire d’Ottawa sur Toronto dans la série, Sprague Cleghorn rejoindrait illico les Sénateurs pour disputer la coupe Stanley aux Tigers de Hamilton de la PCHL.

Et … Ottawa élimina Toronto. Sprague se joignit aux Sénateurs pour la fin des séries, direction Hamilton, pour remporter une deuxième coupe Stanley. Voilà ce qu’on appelle une saison agitée.

Sprague Cleghorn et les eskimos

L’été est la. Les amateurs oublient un peu le hockey. Sprague travaille et joue au baseball avec Odie sous le soleil montréalais, voyage à Ottawa et commence à penser à la saison suivante.

Le 24 Septembre 1921, le journal le droit rapporte que les eskimos d’Edmonton sont prêts à débourser 2000$ pour les services de Sprague Cleghorn, mais le journaliste ne pense pas qu’Ottawa soit prêt à céder le défenseur. La encore, il y a un parfum de scandale.

article le droit, Sprague Cleghorn et les Eskimos

En Juillet , Sprague croise William Tobin, alors gardien des Eskimos d’Edmonton. Les deux hommes discutent et abordent le délicat sujet de l’avenir professionnel de Peg. Lors d’une rencontre à Ottawa début Août, Sprague déclare à Tobin être désormais agent libre et prêt à écouter les offres des eskimos.

Le problème est que Sprague est toujours la propriété des Sénateurs d’Ottawa et ne peut donc pas négocier librement. Gorman, alors gérant du club d’Ottawa,est en furie et brandit des menaces de poursuites. S’ensuit une affaire Cleghorn dans l’affaire Cleghorn !

Télégramme Cleghorn
Collection Ken MacKenzie

William Tobin devra rétropédaler et aller jusqu’à déposer un affidavit en Octobre. L’épisode Cleghorn et les Eskimos aura dont duré de Juillet à Octobre. Le site Global Vintage a récemment publié l’affidavit original.

Léo Dandurand aux commandes du CH

Alors que la presse spécule toujours sur le futur de Sprague, le 21 Octobre, survient le décès du propriétaire des Canadiens, Georges Kennedy. Sa veuve prend la décision de vendre le club et le 3 Novembre, l’affaire est dans le sac. Léo Dandurand, Joe Cattarinich et Louis Létourneau sont les nouveaux propriétaires du club. L’affaire Cleghorn prend un autre tour.

Léo Dandurand
Léo Dandurand en 1935

Le nouveau gérant veut une équipe musclée. Il n’est donc pas insensible au style de hockey joué par Sprague Cleghorn et va faire tout ce qu’il peut pour amener le solide défenseur à Montréal.

Dans le livre Firewagon Hockey, l’auteur Andy O’Brien retranscrit les propos du nouveau manager des Canadiens, après l’acquisition du club :

« The way i see hockey » he told the press « no team can hope to achieve world championship status in this hi-speed, physical contact game, unless it can not only out-play opposing teams but physically overwhelm them as well. Down their hearts, they should feel that they can beat the opposition in the alley as well as on the ice.

I don’t want hockey hoodlums but i do want he-man hockey talent that can meet any and all situations. That’s the game to me that’s how the Canadians will play »

Novembre 1921

Sprague ne veut toujours rien savoir d’aller à Hamilton, mais Ottawa ne semble plus vouloir se battre pour le conserver. Selon le Droit du 23 Novembre 1921, les équipes de Philadelphie et de Boston auraient offert un poste d’entraineur au défenseur mais rien ne semble se concrétiser.

Léo Dandurand ne lâche rien et tente obstinément d’obtenir les droits du joueur, à priori détenus par la ligue qui elle veut toujours envoyer le défenseur à Hamilton. Les rumeurs entourant l’échange enflent :

Sprague Cleghorn, le rapide joueur de défense des sénateurs, la propriété de la ligue après sa désobéissance de l’hiver dernier, quand il refusa de se porter à Toronto selon les ordres du président Calder, est accordé à Hamilton. On ne sait au juste ce que Sprague fera. Il est assez probable qu’il se soumette de bon gré car l’Ottawa ne semble pas disposé à faire une effort désespéré pour le garder , après le petit scandale auquel il fut mêlé cet été.

La rumeur veut que Sprague aille à Hamilton, puis qu’il soit transféré au Canadien en retour du gros Mummery, dont la présence sur l’équipe de Joe Malone serait bien vue de tous les sportifs du district montagneux.

Il est a peu près certain que Couture et Matte reviendront aux habitants pour des raisons que nous donnerons plus tard et que d’ailleurs le public a déjà compris 

Le Droit, 26 Novembre 1921

Sprague Cleghorn passe au Canadien

Le droit était bien informé. Sprague Cleghorn n’ira pas à Hamilton. Le 28 Novembre 1921, la ligue entérine la transaction. Le Canadien de Montréal fait finalement l’acquisition du défenseur Sprague Cleghorn du Club Hamilton.

Sprague Cleghorn a été obtenu en retour de Harry Mummery et de l’ailier Amos Arbour .

Sprague finalement échangé au Canadien de Montréal
Le Droit – 5 Décembre 1921

Le Canadien voulait d’abord l’échanger contre de l’argent ou seulement contre Harry Mummery , mais le club Hamilton refusa tout net. La transaction fut acceptée quand Léo Dandurand ajouta Amos Arbour .

L’affaire se conclut un an après l’ordre qui lui a été donné de se joindre au Toronto ! Il est nommé capitaine du Canadien après le départ de Newsy Lalonde et remportera une coupe Stanley avec les glorieux.

Sprague était un excellent joueur de hockey, dur comme le roc mais selon certain une personnes aux attitudes très discutables. Il ne laissait personne indifférent.

Author

Amateur de hockey , je m'intéresse à l'histoire du sport et à celle du Canadien de Montréal. Vous lisez actuellement mon blog